Coton_1Mes_Karine

 Passent tous ces jours qui nous éloignent toujours un peu plus de la dernière fois. Ce maudit 21 juillet où l’on t’a vu souriante et où nous t’avons embrassé, sans le savoir pour la toute dernière fois… Nous étions comblés d’avoir à nos cotés notre enfant, notre douceur, notre richesse, notre petite princesse. Si nous avions su, nous aurions arrêté le temps, imploré le soleil de ne pas se coucher, exigé de la terre de ne plus tourner. Nous aurions fait de notre Vie une prison dorée, où personne ne serait venu te chercher, mais nous ne savions pas…. 

 Alors chaque jour, nous nous languissons et nous disons que plus les jours passent, plus ils nous rapprochent de Toi.

 Tes Parents